Tout sur : "La Gelée royale"

La gelée royale : Le rééquilibrant suprême de notre métabolisme
.

La nourriture des reines

.

 

.

La gelée royale : 

.

Voyez celle que je vous propose 

Décrite comme conférant l’immortalité aux dieux de l’Olympe chez les Grecs de l’Antiquité, elle est consommée depuis des siècles par les hommes mais n’a été vraiment observée que vers la fin du XVII° siècle par Swammerdam et par Aristote par la suite.

Plus tard, les travaux de divers scientifiques ont montré le rôle de la gelée royale dans la vie de la reine et les possibles applications en médecine humaine.

Nourriture exclusive des reines ou lors des 3 premiers jours de la vie larvaire des abeilles,la gelée royale, d’aspect visqueux et de blanc crémeux à jaune doré pâle, est sécrétée par les nourricières.

Sa composition dépend de sa destination dans la ruche et de la race des abeilles la produisant, le taux d’acide 10-hydroxy-2-decenoïque déterminant la qualité de cette gelée royale.

Ainsi, cette nourriture va permettre le développement des organes sexuels de la reine et le poids de celle-ci va se trouver 6 fois supérieur à celui de l’ouvrière, preuve de la possible présence de facteurs de croissance.

De plus, la reine va être beaucoup plus résistante aux maladies que les autres abeilles de la ruche et va vivre beaucoup plus longtemps (4 à 5 ans au lieu de 45 jours environ).

Sans oublier que celle-ci peut déposer jusqu’à 2000 oeufs par jour, soit son propre poids, en période de reproduction.

.

.

 

  Larves baignant dans la gelée royale 

                                                              

Composition chimique :

La gelée royale a une composition relativement complexe, contient 70% d’eau et a un gout acide (ph entre 3 et 4) si elle est ingérée pure.

Sa matière sèche est constituée de moitié d’acides aminés libres (produit de la ruche le plus riche et contient les 8 acides aminés essentiels) et de protéines.

Elle contient également environ 14% de glucides, sous forme principalement de fructose et de glucose à proportion égale.

On retrouve 4,5% de lipides, que des acides gras dont l’acide hydroxytransdécénoïque aux propriétés antifongiques, anti-germinatives et antibactériennes.

Elle comprend de nombreuses vitamines, par exemple les vitamines du groupe B qui sont toutes présentes, surtout la vitamine B5 (acide pantothénique), la gelée royale étant la plus riche source naturelle connue.

Toutefois, les vitamines C, B12 et celles liposolubles ne sont présentes qu’en très faibles quantités. Des éléments minéraux comme le calcium, le potassium ou le fer sont également présents.

La gelée royale renferme aussi d’autres substances actives avec par exemple de l’acétylcholine en forte quantité, de l’ordre de 1 mg/g de produit, qui est vasodilatatrices donc utile dans certains troubles circulatoires.

Elle contient également un facteur antibactérien actif sur Escherichia coli et Proteus, une γ-globuline jouant probablement un rôle dans la résistance aux maladies, une glucose oxydase ou des hormones sexuelles (estradiol, progestérone, testostérone).

Propriétés générales de la gelée royale :

La gelée royale possède de nombreuses propriétés notamment au niveau métabolique, nutritif et énergétique.  

Elle est, de plus, d’une innocuité totale même à doses élevées.

Elle peut par exemple favoriser l’oxygénation des tissus, augmenter la résistance au froid, stimuler l’appétit et accroître la vitalité.

Ses propriétés eupeptiques, analgésiques, hypocholestérolémiantes, érythropoïétiques sont connues et elle possède des applications intéressantes dans certaines douleurs rhumatismales, dans la croissance des prématurés et dans certains symptômes rénaux rencontrés au cours de la grossesse.

On peut également l’utiliser comme antiviral contre l’herpès ou la grippe ou comme antibactérien contre Escherichia coli et Proteus. De plus, la gelée royale trouve une indication dans les états de convalescence, de fatigue physique et morale.

Action immunostimulante :

La gelée royale stimule les organes hématopoïétiques et donc la production de globules rouges et blancs, particulièrement utile dans les anémies fonctionnelles du sujet âgé.

Elle stimule l’appétit et la prise de poids grâce à son activité eupeptique et régulatrice des troubles digestifs fonctionnels.

Elle est également source de bien-être en stimulant, euphorisant, tonifiant l’organisme, ceci améliorant le rendement physique, intellectuel et sexuel notamment chez les sportifs ou encore les étudiants en période d’examens.

La gelée royale, grâce à son action immunostimulante, va aider à lutter contre les agressions, va retarder les effets du vieillissement sur les phanères et la peau (grâce à la richesse en vitamine B5) et possède des propriétés anti-tumorales.

Action métabolique :

La gelée royale stimule l’appétit et réhabitue l’organisme à métaboliser au niveau digestif.

A dose élevée, elle est utilisée comme antivirale.  En chine, elle aide à stimuler le système immunitaire dans les cures au venin d’abeille.

Action antibactérienne et antivirale :

Des études ont démontré les propriétés bactériostatiques et bactéricides de la gelée royale et notamment contre les colibacilles que sont Proteus et Escherichiacoli et contre le bacille de Koch à l’origine de la tuberculose.

Ainsi, deux substances ont été identifiées: l’acide hydroxytransdécénoïque et une protéine appartenant à la famille des gammaglobulines seraient à l’origine de cet effet antibactérien.

Toutefois, d’autres substances sont impliquées comme la royalisine, d’origine protéique.

En complément de cette action contre ces micro-organismes, la gelée royale participe à la régénération de la flore intestinale, comme le pollen et la propolis.

Ceci est évidemment intéressant dans les traitements antibiotiques qui agressent cette flore.

La gelée royale pourrait donc prendre le relais d’un tel traitement pour aider à la récupération, surtout chez le sujet âgé.

Elle présente également une activité antivirale, utile dans les traitements des hépatites ou dans le cas de grippes, en stimulant le système immunitaire. En effet, son action directe sur les virus n’a pas été clairement démontrée.

Action régénératrice :

La gelée royale participe à l’équilibre neuropsychique grâce à sa forte teneur en acétylcholine et en vitamines du groupe B.

Ainsi, elle a un effet antidépressif, anxiolytique et favorise l’attention en améliorant l’oxygénation du cerveau.

Elle aiderait, grâce à sa richesse en produits antioxydants, à retarder les effets du vieillissement et diminuerait le risque de maladies dégénératives chez la personne âgée, mais là encore, aucune étude réellement concluante sur l’homme n’est venu confirmer cette hypothèse.

Dans les traitements curatifs, elle peut être conseillée chez le sujet d’un certain âge en stimulant le système immunitaire, en luttant contre les effets secondaires de certains médicaments et grâce à son action revitalisante.

Grâce à sa teneur en acides aminés, notamment la proline et l’hydroxyproline connus comme étant précurseurs de l’élastine et du collagène, la gelée royale peut être utile pour régénérer la peau en la rendant plus nourrie et plus souple.

Cancer et gelée royale :

Après observation, le cancer chez les apiculteurs, fort consommateurs des produits de la ruche, est quelque chose de rare.

En effet, la gelée royale aurait une action sur l’ADN des cellules cancéreuses, hypothèse vérifiée chez la souris dans des études réalisées au Japon et au Canada.

L’acide hydroxytransdécénoïque, acide gras de la gelée royale, serait la source de cette activité. Egalement, des travaux ont montré qu’elle était efficace dans les cas de leucémie chez l’enfant en stimulant l’appétit et donc la résistance physique. 

Cependant, le rôle de la gelée royale dans la prévention du cancer chez l’homme n’a pas encore été démontré.

La gelée royale est reconnue pour ses effets de facteur de croissance en stimulant la multiplication des cellules normales mais peut tout aussi bien exercer ceux-ci au niveau des cellules malignes, idée non encore démontrée et en opposition avec l’action sur le système immunitaire du produit de la ruche.

Ainsi, le risque que cette substance donnée à une personne atteinte d’un cancer aggrave celui-ci ne doit pas être négligé car le contraire n’a pas encore été étudié.

Effets indésirables :

La gelée royale n’est soumise à aucune contre-indication précise (en dehors du cas particulier des patients cancéreux) et est reconnue d’une totale innocuité, mais sa richesse en protéines l’expose tout de même à un risque allergénique possible.

Conservation de la gelée royale :

Elle doit être conservée de préférence sous atmosphère stérile, sans oxygène, puis une fois le récipient ouvert, doit être placée au réfrigérateur à température inférieure à 5°c.

On peut également trouver de la gelée royale lyophilisée sous forme de gélules ou de capsules mais présentée ainsi, elle perd une partie de ses propriétés par l’évaporation de ses composants volatiles.

Il existe toutefois d’autres formes comme les ampoules sous vide ou en flacons, en comprimés ou mélangée avec du miel.

Dans le dernier paragraphe, on constate que la gelée royale est la plus efficace lorsqu'elle est fraîche et qu'elle n'a subit aucune transformation ni congélation

 .

     

Voyez celle que je vous propose

.

                                                   

Note: Les textes ci-dessus sont extraits de la thèse soutenue en 2010 pour le diplôme d’état de docteur en pharmacie de Monsieur Mickaël BLANC de l’université de Limoges sur les propriétés et usage médical des produits de la ruche.

.
.
.
Mots clés: Gelée royale

Magazine : les derniers articles